mercredi 19 décembre 2018

Réponse courte à un climatosceptique

 
L'une de mes connaissances, très investi dans la vie sociale et politique de ma commune m'a récemment transféré une "chaîne de mails" dans laquelle un pseudoscientifique qui se présente comme "spécialiste des avalanches", remet en cause rien de moins que la responsabilité humaine du réchauffement climatique. Mon ami terminait son mail adressé à une trentaine de personnes par ces mots : "Ce document est troublant. Info ou fakenews ?"
Je me suis permis d'y apporter une réponse que je souhaitais la plus courte et efficace possible.
 
 
Bonjour N........,

Je voudrais à mon tour te poser une question, admettons que ce climatosceptique soit dans le vrai. Quel pourrait-être la raison qui pousse 97% des climatologues à falsifier leurs recherches depuis 40 ans tout en s'opposant à 99% des humains, qui ont tous un intérêt économique personnel à ignorer le résultat de ces dernières ? Ceci, qu'ils soient simple consommateur, vendeur de voitures, agent immobilier ou magnat du pétrole. La question de la reconnaissance DES crises écologiques (ne pas oublier celle de la biodiversité et la crise sanitaire) est indissociable du type de société que nous souhaitons : individualiste ou altruiste. 

Mais je reconnais à la décharge des vrais climatosceptiques (ceux qui ne désinforment pas pour le compte d'un lobby) qu'il est très difficile d'accepter le fait que nous soyons aussi "mal barré" malgré toutes nos connaissances, comme l'atteste partiellement le graphique de l'AFP ci-dessus. Car aucune des solutions possibles n'a encore obtenu de résultats probants pour des raisons qu'il serait trop long de détailler ici. C'est probablement pour cela que depuis 40 ans, les crises écologiques n'ont fait que s'accentuer et exercent une pression indirecte de plus en plus forte sur le devenir global de nos sociétés. Voici néanmoins quatre pistes principales qu'il est bien plus simple d'évoquer que de mettre en place (même pour les "écologistes"). A noter que selon moi, aucune ne sera intrinsèquement suffisante ni même tenable, si elle ne s'accompagne pas des trois autres : 
  • Réduire notre niveau de confort et notre consommation car chaque objet (ou service) produit, nécessite l'émission de gaz à effet de serre 
  • Réaliser une "transition écologique" dans tous les domaines de nos sociétés (qui dépasse le greenwashing actuel dénoncé notamment par Hulot)
  • Combattre le capitalisme qui pousse à accumuler plus de biens (ou d'argent) que nécessaire
  • Encourager la limitation de la croissance démographique, prioritairement celle des pays riches puisqu'ils émettent davantage de CO2/habitant.
J'espère ne pas t'avoir démoralisé face à l'ampleur de la tâche car nous n'avons tout simplement pas cette possibilité si l'on pense un tant soit peu à l'environnement dans lequel nous vivons et à celui dans lequel évoluerons nos descendants. 
Et comme tu sembles sérieusement t'intéresser à ce problème, sache que tu trouveras plus d'information sur mon site internet. Si tu n'a pas beaucoup de temps, je te conseille principalement la lecture de cet article. 


Bien à toi
 
 Michaux Jérémi

 
 
Pour info, je me suis aperçu a posteriori que le site internet du Monde s'était intéressé à cette fausse information. Voici le résultat de leur travail, beaucoup plus développé que le mien. 
N'hésitez pas à y jeter un œil si vous avez 10 minutes.

Bonus : Graphique rendant visible les impactes de nos actions individuelles sur le changement climatique