vendredi 2 septembre 2016

Les serres d'Auteuil sacrifiées pour le tournoi de tennis de Rolland-Garros ?



Nous sommes en 2016, et la mairie de Paris n'a toujours pas abandonné son projet d'étendre le complexe sportif de Rolland-Garros au détriment des Serres d'Auteuil. Cet espace vert est pourtant l'un des plus emblématiques de la préservation de la nature au sein de la ville de Paris. Ce magnifique écrin de verdure du 16ème arrondissement de Paris, qui abrite des arbres centenaires, des bâtiments du 19ème siècle et des serres botaniques classées au titre des Monuments historiques. Certes, les serres que le projet de la mairie et de la Fédération française de tennis prévoient de détruire sont en mauvais état, mais quand on veut tuer son chien... on commence par arrêter de le nourrir.

Jusqu'à quand Anne Hidalgo va-t-elle poursuivre ce projet voulu par Bertrand Delanoë ?  C'est la question que les amoureux de la nature se posent, et avec eux, les habitants de la Porte d'Auteuil à Paris. Ceux-ci sont également majoritairement opposés au projet, conscients qu'ils sont de l'importance de préserver cet espace vert en bordure du périphérique. Pour un peu, ils en deviendraient presque écolo. Enfin, il ne faut pas pousser mémé dans les orties, ils pensent surtout à préserver leur qualité de vie, et on aurait tort de leur en vouloir connaissant l'importance du trafic automobile dans la zone. D'autant plus que le lieux est magnifique d'un point de vue botanique, et historique, car plusieurs serres du jardin ont été construite par le célèbre architecte Formigé, et sont classées au titre des Monuments historiques.


Le parc des Serres d'Auteuil après l'extension de Rolland-Garros (projection)


Un parc pourtant protégé par les Monuments historiques


Rolland-Garros qui s'étend actuellement sur 8,5 hectares et compte déjà 24 courts de tennis souhaite s'agrandir toujours plus. Le tournoi annuel prévoit pour cela de détruire plusieurs serres actuellement ouvertes à la visite et de s'approprier un tiers des espaces verts du parc (voir photo). Pourtant, bien que les serres en questions ne soient pas "classées", la totalité du sol est tout de même inscrite sur l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Les opposants avaient pourtant proposé une alternative qui prévoyait de ne pas toucher au parc et de construire le nouveau stade de 5.000 places au dessus de la jonction entre le périphérique et l'autoroute A 13 (autoroute de Normandie). Une construction plus onéreuse, mais qui a déjà fait ses preuves avec notamment le stade de football du Paris Saint Germain (Parc des Princes) qui recouvre le boulevard périphérique non loin de là. Mais la Fédération française de tennis et la mairie de Paris ne veulent pas en entendre parler.

Faisant face à de très fortes pressions politiques (Emmanuel Valls, le PS et l'UMP appuient le projet) les opposants ont pourtant réussi à retarder le début des travaux. Ils se sont pour cela appuyés sur le classement de l'ensemble du parc à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Une particularité qui n'a pourtant pas empêché la signature du permis de construire par la maire de Paris, Anne Hidalgo. Le projet est maintenant en attente, mais pour combien de temps ? Si j'étais vous, je visiterais au plus vite ce magnifique écrin de nature en pleine ville, avant qu'il ne disparaisse définitivement.