samedi 5 septembre 2015

De quelles mesures environnementales les agriculteurs ont-ils obtenu le report ?



Jeudi 4 septembre, des milliers d'agriculteurs ont bloqué Paris avec leurs tracteurs pour réclamer des mesures d'urgences face à la baisse des prix d'achat de leur production. Ils l'ont fait à l'initiative de la FNSEA, le principal syndicat agricole, dirigé par Xavier Beulin, également président du géant de l'industrie agro-alimentaire Avril-Sofiprotéol. Un groupe dont les activités ont généré un chiffre d'affaire de 6.5 milliards d'euros en 2014. Assez loin des préoccupations quotidiennes d'un agriculteur tel qu'on l'imagine.

Et c'est précisément la fin de cette agriculture, plus respectueuse du milieu naturel et des animaux, que nous promettent les mesures proposées par la FNSEA et approuvées par le gouvernement. Outre la modernisation et le regroupement forcés pour obtenir des aides publiques, le syndicat a obtenu un report pour six mois de l'application des nouvelles normes environnementales de la Politique Agricoles Commune 2015 (PAC). Ces dernières mesures sont pourtant les prémices d'une future agro-écologie, et favorise une agriculture qualitative, plébiscitée par les consommateurs et à valeur ajoutée pour l'agriculteur.

Au programme de ce moratoire sur les nouvelles "Mesures agro-environnementales et climatiques" (MAEC), la "mise en veille" de plusieurs projets subventionnés dont on retrouve la description sur le site du ministère de l'agriculture :

  • Une "meilleure autonomie alimentaire" des élevages qui doivent recevoir une part d'alimentation provenant de leur ferme
  • Une "part minimale d’herbe" dans la nourriture donnée aux animaux
  • Une "limitation progressive des traitements phytosanitaires"
  • Une incitation à planter "4 cultures différentes" (polyculture qui favorise la résistance des plantations et la biodiversité)

Ces mesures dont la suspension a été obtenue par la FNSEA et par Xavier Beulin dont l'entreprise agro-industrielle intervient en bout de chaîne pour acheter (à bas coût ???) la production des agriculteurs, seront donc repoussée jusqu'en février prochain.

Pourtant, les agriculteurs ne sont pas dupe, eux qui ont exprimés en sifflant Xavier Beulin lors de l'annonce du plan final, leur désaccord avec le plan de ce dernier. Eux réclamaient un augmentation des prix d'achat, pas une aide financière (pour investir). Car ils devront de toute façon rembourser tôt ou tard les sommes prêtées. Alors que l'endettement moyen des agriculteurs ne fait qu'augmenter puisqu'il est passé de 50.000 euros en 1980, à 164.000 euros en 2011. Souvent accablés par ses dettes, un agriculteur se suicide tous les deux jours dans notre pays.