dimanche 22 mars 2015

Revue de presse des actualités vertes du 16 mars au 22 mars

Des bonnes et de moins bonnes nouvelles durant cette semaine écoulée, malheureusement marquée par les dégâts causés par le typhon au Vanuatu.

Pour plus d'actu, suivez nous sur Twitter : https://twitter.com/EnvironEnergie


Création de l'Agence française pour la biodiversité

Les députés ont voté la création de la très attendue Agence française pour la biodiversité (AFB). C'est une bonne nouvelle en soi puisqu'elle aura la charge des l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), de l'Atelier technique des espaces naturels, de l'Agence des aires marines protégées et des Parcs nationaux de France. En revanche aussi étonnant que cela puisse paraître puisqu'elle porte le mot "biodiversité" dans son appellation, elle ne regroupera ni l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), ni l'Office national des forêts (ONF) qui restent gérés par le ministère de l'Agriculture.




La France à égalité avec le Brésil pour le nombre d'espèces menacés

L'Agence de la biodiversité malgré ses points faibles, arrive à point nommée puisque notre pays principalement au travers de ses régions ultramarines est dans le top 10 des pays avec le plus d'espèces menacées de disparition. Des scientifiques ont en effet établi une liste des "15 espèces qui ont les moins de chances de survivre" et la France en compte pas moins de trois. Il s'agit de l’albatros d’Amsterdam (archipel de Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam, terres australes françaises), du monarque de Tahiti et du pétrel de Bourbon (île de la Réunion). Selon les scientifiques, sauver les 15 espèces coûterait 1.2 mds d'euros par an, mais combien coûterait leur disparition ?

Pétrel Bourbon de la Réunion


Le Japon annonce la fermeture définitive de trois réacteurs nucléaires

Le pays touché par la catastrophe de Fukushima va commencer le démantèlement de trois réacteurs nucléaires à l'arrêt depuis plusieurs années comme c'est le cas de la totalité des 48 réacteurs nippon. Cette décision qui vise des réacteurs dont les travaux de modernisation sont trop important pour être viables ne doit pas faire oublier que les autorités nationales et locales de plusieurs régions ont autorisé la remise en route de plusieurs autres sites. Ces reprises d'activité pourraient intervenir cette année, malgré l'opposition de la majorité de la population car la mobilisation dans la rue semble s'essouffler quatre ans après la catastrophe.





L'Etat refuse la circulation alternée après 4 jours de smog à Paris

Le préfet de Paris a ce vendredi et pour la deuxième fois cette semaine refusé la demande de la ville de Paris d'instaurer une circulation alternée des véhicules selon leur numéro de plaque (pair/impair). Cette demande faisait suite à cinq jours de pics de pollution consécutif dans la capitale avec un épais brouillard qui ne diminue pas quel que soit l'ensoleillement. Cette imbroglio a d'ailleurs donné lieu à une passe d'arme entre la maire de Paris Anne Hidalgo et la ministre de l'écologie Ségolène Royale sur Twitter. Car c'est rien de moins que la santé des franciliens qui est en jeu. Si le pic dure jusqu'à lundi -ce qui est hautement improbable vu la diminution de l'activité due au week end- l'Etat mettra en place la circulation alternée lundi après sept jours de pics de pollution.



Cinq pesticides dont le Round-up déclarés cancérogènes

L'agence du cancer de l'Organisation mondiale de la santé (IARC), basée à Lyon, a classé, vendredi, cinq pesticides comme cancérogènes « probables » ou « possibles ». Le très utilisé Round-up de Monsanto en fait partie au travers de sa molécule le glyphosate, qui est la plus utilisée par les pesticides dans le monde.