mercredi 15 octobre 2014

Vidéo: Sucre, comment l'industrie vous rend accro



Chaque année, les français consomment 34 kilos de sucre ajouté. C'est d'autant plus vrai qu'avec ses betteraves et ses cannes à sucre, la France est le premier producteur de sucre en Europe. Pourtant, on sait qu'il est mauvais non seulement pour nos dents, mais aussi pour plusieurs de nos organes, sans compter que c'est un facteur majeur d'obésité. Alors pourquoi un tel succès ?

Cash Investigation nous décrypte comment Nestlé, Danone ou Coca parviennent à engranger des millions en profitant de notre addiction au sucre. Les journalistes de l'émission rencontrent pour cela le professeur Philip James responsable nutrition à l'OMS. Ce dernier est connu pour avoir réalisé une étude qui concluait que le corps humain n'a pas besoin de sucre ajouté.

Plus tard en 2003, il découvre que le sucre repousse le moment où intervient la satiété et augmente ainsi le risque d'obésité de 60%. Suite à cette publication, il indique que le ministre de la santé américain s'est lui-même déplacé au siège de l'OMS pour enterrer ce rapport. La puissance du lobby de l'agroalimentaire est-elle sans limite ?

Cette promiscuité entre l'industrie la plus puissante en Europe (agroalimentaire) et les pouvoirs publiques ne se dissimule même pas tant le sentiment d'impunité est grand. Entres autres exemples, Albert Flynn, le président du groupe nutrition de l'EFSA, l'agence de l'alimentation européenne ne siège-t-il pas au conseil d'administration de Kraft Food depuis 2003. Vous avez dit étonnant ?

On verra comment les grands groupes du secteur améliorent l'image de leurs marques en finançant de grands programmes de santé tels que VIF (Vivons en forme). Ils se concrétisent dans les écoles primaires françaises, où lors de "petit-déjeuner éducatifs" des produits industriels tels que Nutella (60% de sucre) ou Chocapic se retrouvent "naturellement" à côté des salades de fruits et des produits laitiers.