samedi 31 mai 2014

Nanoparticules : pourquoi elles sont dangereuses pour la santé ?


L'agence de sécurité sanitaire française, l'Anses a annoncé dans un rapport paru début mai qu'elle recommandait un encadrement plus stricte de l'utilisation des nanoparticules. Cette décision prise sur la base des ses propres études et de l'analyse d'un grand nombre de publications sur le sujet a jeté un pavé dans la mare des législateurs.

Ces derniers ont désormais à charge d'édicter les lois qui encadreront plus strictement l'utilisation des nanoparticules par les industriels. Rappelons que déjà en 2010, la Commission nationale du débat public avait rendu un avis sur leur utilisation. Il précisait la nécessité d'avoir "une information large, précise et continue". Ce à quoi s'est attelé l'Anses qui préconise désormais trois axes principaux :
  • Favoriser la recherche sur les risques des nanomatériaux
  • Mettre en place une traçabilité des données et informer les consommateurs sur les produits contenant des nanoparticules
  • Limiter l’exposition des utilisateurs, des consommateurs et de l’environnement, notamment en favorisant les produits sûrs et équivalents, dépourvus de nanomatériaux, en termes de fonction, d’efficacité et de coût.
Pour rappel, le principal danger des nanoparticules -dont les perspectives pour l'industrie sont nombreuses- est leur fort pouvoir de pénétration dans notre organisme en raison de leur taille proche de la molécule. Ils sont présents dans de plus en plus de crèmes pour le corps, de dentifrices, d'aliments, mais aussi dans des peintures, des solvants. Ainsi on peut les retrouver dans des chaussettes antibactériennes ou des déodorants (argent), du ciment ou de la crème solaire (dioxyde de titane), ou encore dans des aliments (silice).

Pour en savoir plus sur les nanomatériaux, regardez cette conférence donnée le 25 mai 2011 par le Pr Laura Sigg de l'ETH - Zürich, dans le cadre des Grands Séminaires de l'Observatoire Midi-Pyrénées :


Les nanoparticules sont dangereuses car trop petites 


Pour certains scientifiques, certains de ces composés chimiques qui peuvent s'accumuler dans l'organisme, pourraient être à l'origine d'un nouveau scandale sanitaire comme ce fût le cas de l'amiante (composé de nanoparticules naturelles). Pour ce qui est des nanoparticules artificielles, elles sont fabriquées en grande quantité, mais si elles menacent notre santé, c'est principalement à cause de leur taille. Elles sont en effet mille fois plus petites que les très décriées particules fines atmosphériques. Cette taille moléculaire leur permet d'être beaucoup plus petite qu'une cellule humaine et est responsable d'une :
  • Absorption aisée dans l'organisme (alimentation, respiration, peau)
  • Pénétration jusque dans les organes
  • De problèmes d'éliminations par notre organisme
Cette difficulté à éliminer les nanoparticules pourrait provoquer un effet d'accumulation de substances toxiques chez l'Homme. Comme souvent, les professionnels qui les utilisent quotidiennement sont les plus exposés, surtout que leur présence n'est jamais mentionnée. C'est la raison pour laquelle l'Anses a également jugé " indispensable de recenser les personnels travaillant au contact des nanomatériaux et de surveiller leurs conditions de travail".

Rappelons qu'en 2012, près de 500.000 tonnes de nanomatériaux ont été produites, importées et distribuées en France, selon les résultats de la déclaration annuelle 2013, devenue obligatoire à l'échelle nationale.

Pour plus d'information sur les nanoparticules lisez cet article très complet de l'Association santé environnement France. 

Sources externes:
Rapport de l'Anses
Asef
Actu Environnement
Le Monde
Actu Environnement
Sciences et Avenir
20 Minutes