vendredi 14 mars 2014

Pollution aux particules fines dans 30 départements

Une fois encore, la France est touchée par un pic de pollution de l'air à cause de phénomènes climatiques et humains bien connues. Comme en décembre dernier, l'Etat fait l'autruche en attendant le départ de l'anticyclone.

Photo prise de ma fenêtre le 14/03/14

Les causes humaines de la pollution aux particules fines


L'épisode de pollution de l'air que subit actuellement les deux-tiers de la population française n'est pas produit par nos habitations. Si d'ordinaire en hiver on incrimine le chauffage domestique, compte tenu de l'épisode de chaleur que traverse le pays, ce n'est pas le cas. Le pic de pollution actuel est causé par les transports polluants et par les industries utilisant des dérivés de pétrole. 

Si vous vous trouvez dans une zone d'alerte où le nombre d'industrie est particulièrement faible comme c'est le cas à Paris, alors vous pouvez considérer que les principaux responsables de la pollution sont les transports polluants.

Pour connaitre l'origine de ce pic de pollution dans votre département, observez l'importance et le type d'énergie utilisée par l'industrie. Car en l'absence de vent, les particules fines stagnent autour de la zone où elles ont été produites.  

Du point de vue des transports, les voitures à essence produisent peu de particules fines. Ces dernières sont produite à 98% par les véhicules diesels. Lesquels sont ultra majoritaire dans notre pays* en raison d'aides fiscales à l'origine réservées aux agriculteurs, mais que le Président Giscard d'Estaing décida de généraliser en 1980. Il faut dire que la mesure avait le double avantage d'être populaire, et d'éloigner la concurrence asiatique naissante qui, aujourd'hui encore propose très peu de choix de motorisations diesel, puisqu'elles ne se vendent bien que dans quelques pays européen. 

*La France est de loin le pays où l'on achète le plus de véhicules diesel (environ 70% des ventes en 2011), devant l'Allemagne et l'Angleterre (environ 50% des ventes en 2011).

Les causes naturelles de la pollution de l'air aux particules fines 


La nature à sa part de "responsabilité" dans l'épisode de pollution aux particules fines qui menace notre santé et notre économie. En effet, la présence d'un anticyclone nous permet de bénéficier d'un air doux et sec, mais paradoxalement il nous condamne à respirer un air pollué dans 30 départements

  • Un temps sec qui "n'emprisonne" pas les particules fines dans l'humidité de l'air ou dans l'eau de la pluie
  • Une absence de vent qui ne renouvelle pas l'air d'une zone polluée
  • La configuration en "cuvette" de certaines zones industrielles et de nombreuses villes qui favorisent la stagnation des particules en suspension dans l'air par manque de vent

Le coût sanitaire et économique très important de la pollution de l'air  


Selon une étude de la Commission européenne datant pourtant de 2005, la pollution de l'air serait responsable de 42.000 morts chaque année dans notre pays. Selon une autre étude non publiée du Ministère de l'environnement, elle coûterait chaque année entre 20 et 30 milliards d'euros à la sécurité sociale. 

Aux risques sanitaire et économique que l'épisode de pollution fait peser sur la population, on peut ajouter le montant des amendes auxquelles l'Europe ne manquera pas de condamner l'Etat -donc les contribuables- dans le courant de l'année. On parle en effet d'une sanction dissuasive de 11 millions d'euros par dépassement du seuil et de 200.000 euros/jour de dépassement supplémentaire.

Si vous désirez en savoir plus: lisez cet article récent sur l'absence de réaction de l'Etat, qui préfère encore faire pression sur l'UE pour tenter de réduire le montant des amendes plutôt que remettre à plat les avantages fiscaux du diesel