jeudi 5 décembre 2013

L'ADN transmet les peurs liées aux traumatismes subis


Faites-vous du bien, cela profitera à tous vos descendants ! C'est en substance la conclusion d'une étude américaine sur la transgenèse d'un traumatisme.

Des scientifiques ont étudié des souris de laboratoire qui avaient été soumises à des stimuli électriques systématiquement associés à une odeur précise à plusieurs reprises durant leur vie. Ils avaient ensuite observé les réactions de leurs descendantes à la même odeur en l'absence de tous stimulus. Et là, stupeur, les mêmes réactions nerveuses s'observaient dans le comportement de ces dernières et ce, jusqu'à la deuxième génération. L'effet des traumatismes subis par les souris ne s'annulerait donc pas en une seule génération.

Les scientifiques ont alors voulu savoir comment se transmettaient cette réaction à un stimulus étonnante pour les générations n'ayant pas été confrontés au traumatisme. Ils ont donc analysé l'ADN des trois générations et y ont décelé la même inhabituelle mutation de protéine, expliquant la réaction d'anxiété au stimulus olfactif. Reste à savoir si cette modification génétique détectée dans le sperme et les ovules est "commandée" par le cerveau de la souris ou bien par un autre organe.


L'étude a été publiée le 1er décembre dans la revue Nature