jeudi 19 décembre 2013

L'Europe dévoile ses propositions contre la pollution de l'air

Paris le 12 décembre dernier
La Commission européenne vient de lancer une offensive contre la pollution de l'air. Elle a présenté mercredi 18 décembre des propositions de loi en ce sens qui seront prochainement débattues au Parlement européen. Deux nouveaux polluants pourraient rejoindre la liste de ceux déjà contrôlés.

Ce problème, qui n'a jamais été autant d'actualité que depuis la semaine dernière, où en plein jour et en l'absence de brouillard, la Tour Eiffel s’effaçait sous l'épaisseur du smog parisien, vient d'être pris à bras le corps par la Commission Européenne. Et, si elle propose un projet si ambitieux, c'est sans doute pour éviter que son projet de loi ne soit trop dilué par les parlementaires.

Les règles quant à la pollution de l'air d'origine humaines sont non seulement durcies mais d'autres polluants viennent s'ajouter à la liste de ceux déjà contrôlés. C'est le cas du méthane, mais aussi des très décriées particules fines PM 2,5 qui pénètrent profondément dans les poumons et dont les véhicules diesel sont d'important émetteurs. Ils vont s'ajouter au SO2 (dioxyde de soufre), au Nox (monoxyde d’azote), aux COV (composés organiques volatils) et à l’ammoniac.

Le commissaire à l'environnement Janez Potocnik a tenu à préciser lors de la conférence de presse de présentation qui s'est tenue hier que le train de mesures concernait "l'industrie, le transport, les installations de production d'énergie et l'agriculture"

La Commission veut imposer aux Etats de "nouveaux plafonds nationaux pour les six principaux polluants", ceci en vue d'une application rapide avec "des objectifs s'échelonnant jusqu'en 2030", une année où la Commission annonce que si rien n'est fait "58.000 décès" seront imputables à la pollution de l'air en Europe. Au final, la commission souhaite que l’Union européenne réduise globalement ses émissions polluantes de 70% à l'horizon 2030.

L'objectif est ambitieux car plusieurs Etats européens et de nombreuses villes ne parviennent pas à faire respecter les normes sanitaires déjà en vigueur. C'est entre autre le cas de notre pays qui attend de savoir quelles seront les sanctions financières de l'Europe pour plusieurs pics de pollution aux particules fines qui se sont produit en France depuis 2011. Il faut dire qu'avec 70% de voitures fonctionnant au diesel, la France a le parc automobile le plus diésélisé au monde.


Pour aller plus loin : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-1274_fr.htm