samedi 28 septembre 2013

Le nouveau rapport du Giec réaffirme l'éffet des activités humaines sur le réchauffement




Ça y est, le GIEC, le Groupe d'experts intergouvernemental sur le climat qui rédige périodiquement un rapport sur l'état de santé de notre planète vient de publier ses premiers résultats. Et il n'y a pas de bonne surprise. Au contraire, la situation s'est aggravée depuis le dernier rapport qui datait de 2007. Voici quelques chiffres pour mieux comprendre cette évolution alarmante.

La centaine de scientifiques internationaux qui ont participé à la rédaction du dernier rapport ont conclu être sûr avec une probabilité supérieure à 95 % que le réchauffement de la planète constaté depuis le milieu du 20 ème siècle est bien d'origine anthropique. Les résultats de cette hausse de température sont multiples. Selon les scénarios retenus par les différents groupes de travail, la banquise a perdu entre 9 % et 14 % de sa surface depuis 1979. Les glaciers de montagne ont quant à eux perdu environ 275 milliards de tonnes de glaces par an entre 1993 et 2009.

Les zones les plus touchées par le réchauffement climatique sont en rouge selon les prévisions du GIEC

Montée des eaux et hausse des températures pour tous les scénarios du GIEC



Quant aux prévisions, les plus optimistes estiment que la mer sera plus haute de 26 cm durant la période 2081-2100 que pendant la période 1986-2005. Les plus alarmistes tablent sur 82 cm.

De la même manière, la température devrait être de 0,3 °C à 4,8 °C plus élevée pour la période 2081-2100, par rapport à 1986-2005. Certains pays seront davantage touchés par ces modifications. Les experts prévoient que les régions humides recevront globalement plus de pluies et les régions sèches le seront davantage. Le rapport complet sera dévoilé en janvier prochain. Une période propice aux bonnes résolutions.